Nous décidons de prendre, pour les jours suivants, la direction de l'ouest du pays, vers le parc national de Bardia. On avait beaucoup aimé celui de Chitwan, on a donc voulu retenter l'expérience dans un endroit plus reculé et donc moins touristique, où nous avions apparemment plus de chances d'apercevoir le tigre du Bengale. La route fut très longue : nous avons passé 2 journées de 8h en bus à l'aller et 21h au retour pour parcourir environ 540 kms (oui oui !!!) jusque Katmandou. Au final, ce fut une fausse bonne idée : nous avons passé beaucoup de temps sur une route difficile et ce parc ne nous a pas apporté grand chose de plus que celui de Chitwan. Nous y avons quand même vu de beaux paysages et des animaux, rencontré des gens accueillants et cerise sur le gâteau, Florence a eu droit à une petite fête d'anniversaire surprise avec un "Jungle cake" préparé par les gens de l'hôtel.
A notre arrivée, après une route longue et fatigante, nous découvrons notre chambre et, bonne nouvelle : l'hôtel est vide (basse saison touristique oblige) et nous sommes surclassés ! Je suis ravi : la chambre est spacieuse, je vais pouvoir étaler mon bordel.
Les environs sont très sympas : maisons en terre, tenues traditionnelles et enfants qui jouent à une sorte de pétanque avec des pièces de monnaie (certains utilisent des élastiques, d'autres des tongs, nous appelons ce sport la pétongue).
Pays de culture hindoue, pas de fête de Noël ici, mais les enfants que nous croisons dans le village nous souhaitent quand même un "Merry Christmas".
Le lendemain, nous sommes partis en "safari" avec l'objectif d'apercevoir un tigre.
Pas de chance pour nous, malgré une longue attente à proximité des points d'eau où les tigres ont l'habitude de se désaltérer, nous n'en verrons pas. C'est toute la difficulté d'essayer d'apercevoir des animaux dans leur environnement naturel. Il faut être patient, silencieux et aussi un peu chanceux.
Nous verrons quand même quelques animaux.
Durant le safari, le guide nous explique que cette plante peut servir de papier toilette en cas d'urgence... et effectivement les feuilles sont très soyeuses et résistantes. On se dit avec Flo que c'est mieux que le papier toilette des guesthouses... nous repartirons avec quelques feuilles... au cas où.
A notre arrivée, j’avais dit aux gens de l'hôtel que c’était l’anniversaire de Florence et je leur avais demandé discrètement s'ils pouvaient lui préparer un pancake (que l'on cuisine un peu partout ici), histoire de marquer le coup. Ils nous ont finalement préparé une petite fête avec un très bon gâteau (que l'on a baptisé "jungle cake") et même un petit cadeau : un cendrier très lourd et encombrant, une bien belle surprise pour nous, non fumeurs et aux sacs à dos déjà trop lourds et trop remplis, mais c'était très sympa et une belle surprise pour Flo !
Le 25 décembre, Florence passa une très mauvaise nuit. Pas de chance, l'électricité était coupée depuis quelques heures et les toilettes n'étaient qu'à quelques mètres... Après ce petit tour à Chitwan et les 21h de bus, retour à Katmandou pour nos derniers jours au Népal avant de repartir vers notre prochaine destination.
Nous décidons de prendre, pour les jours suivants, la direction de l'ouest du pays, vers le parc national de Bardia. On avait beaucoup aimé celui de Chitwan, on a donc voulu retenter l'expérience dans un endroit plus reculé et donc moins touristique, où nous avions apparemment plus de chances d'apercevoir le tigre du Bengale. La route fut très longue : nous avons passé 2 journées de 8h en bus à l'aller et 21h au retour pour parcourir environ 540 kms (oui oui !!!) jusque Katmandou. Au final, ce fut une fausse bonne idée : nous avons passé beaucoup de temps sur une route difficile et ce parc ne nous a pas apporté grand chose de plus que celui de Chitwan. Nous y avons quand même vu de beaux paysages et des animaux, rencontré des gens accueillants et cerise sur le gâteau, Florence a eu droit à une petite fête d'anniversaire surprise avec un "Jungle cake" préparé par les gens de l'hôtel.
A notre arrivée, après une route longue et fatigante, nous découvrons notre chambre et, bonne nouvelle : l'hôtel est vide (basse saison touristique oblige) et nous sommes surclassés ! Je suis ravi : la chambre est spacieuse, je vais pouvoir étaler mon bordel.
Les environs sont très sympas : maisons en terre, tenues traditionnelles et enfants qui jouent à une sorte de pétanque avec des pièces de monnaie (certains utilisent des élastiques, d'autres des tongs, nous appelons ce sport la pétongue).
Pays de culture hindoue, pas de fête de Noël ici, mais les enfants que nous croisons dans le village nous souhaitent quand même un "Merry Christmas".
Le lendemain, nous sommes partis en "safari" avec l'objectif d'apercevoir un tigre.
Pas de chance pour nous, malgré une longue attente à proximité des points d'eau où les tigres ont l'habitude de se désaltérer, nous n'en verrons pas. C'est toute la difficulté d'essayer d'apercevoir des animaux dans leur environnement naturel. Il faut être patient, silencieux et aussi un peu chanceux. Nous verrons quand même quelques animaux.
Durant le safari, le guide nous explique que cette plante peut servir de papier toilette en cas d'urgence... et effectivement les feuilles sont très soyeuses et résistantes. On se dit avec Flo que c'est mieux que le papier toilette des guesthouses... nous repartirons avec quelques feuilles... au cas où.
A notre arrivée, j’avais dit aux gens de l'hôtel que c’était l’anniversaire de Florence et je leur avais demandé discrètement s'ils pouvaient lui préparer un pancake (que l'on cuisine un peu partout ici), histoire de marquer le coup. Ils nous ont finalement préparé une petite fête avec un très bon gâteau (que l'on a baptisé "jungle cake") et même un petit cadeau : un cendrier très lourd et encombrant, une bien belle surprise pour nous, non fumeurs et aux sacs à dos déjà trop lourds et trop remplis, mais c'était très sympa et une belle surprise pour Flo !
Le 25 décembre, Florence passa une très mauvaise nuit.
Pas de chance, l'électricité était coupée depuis quelques heures et les toilettes n'étaient qu'à quelques mètres... Après ce petit tour à Chitwan et les 21h de bus, retour à Katmandou pour nos derniers jours au Népal avant de repartir vers notre prochaine destination.